www.vbfond.be

Histoire


En 1690, Marie Boulengier fonde la congrégation des « Marolles brainoises », se rattachant aux Fondations de Saint François de Sales dont elles adopteront certaines règles.


Il y aura les Riches ou Hautes Marolles et les Pauvres ou Basses Marolles. Les Pauvres Marolles occupent une maison de la rue des Jambes avec, entre autres, comme raison d'être « enseigner gratuitement aux pauvres filles du lieu ».


Au début du XVIIIème siècle, le couvent et l'école des « Pauvres Marolles » se situent au bas de la rue des Jambes.


En 1838, les Pauvres Marolles portent le voile et obtiennent de l'Archevêque de Malines de porter le nom de Sœurs de Marie de Braine-l'Alleud. Entre 1838 et 1900, 1a communauté compte 130 Sœurs.


En 1879, suite à la lutte scolaire, on veut des écoles libres partout et on se dispute les Religieuses. Ceci explique la création de nouveaux centres scolaires dans le Brabant Wallon et Bruxelles.


Pendant la guerre de 1914-1918, le Couvent des Sœurs de Marie comptait, outre ses établissements d'enseignement primaire et les classes gardiennes, un pensionnat et une Ecole Normale Professionnelle composée de sections ménagères et commerciales.

En 1917, les Religieuses évacuent, en 48 heures, leur couvent réquisitionné par l'occupant.


En 1928, 1es locaux situés entre la rue des Jambes et de la rue de la Goëtte ne suffisant plus pour y exercer leur apostolat, les Supérieures conçoivent le projet de fonder une institution à l 'écart du centre - ville. La Révérende Mère Ernestine (née Maria Derville) aidée de Mère Elisabeth (née Virginie Martin), de Monsieur le Doyen Glibert et de l'abbé Ulrich Van Belle conçoit les plans du nouveau Couvent. Celui-ci est érigé sur le plateau, à quelques pas du Collège Cardinal Mercier, «là où la lumière et l'air seraient versés à flots dans les salles spacieuses ». La construction débute en 1928.


Le 5 juin 1929, Son Eminence le Cardinal Van Roey, Archevêque de Malines, pose la première pierre de l'Institut de l'Immaculée, actuellement Institut de la Vallée Bailly.

En 1930, la Communauté des Sœurs de Marie, le Noviciat et l'Ecole Professionnelle s'installent à la Vallée Bailly. La population scolaire est essentiellement féminine. L'institut accueille les élèves en internat ou en externat.


L'Ecole Primaire accueille, dans un premier temps, les enfants des riverains ainsi que ceux qui accompagnent leurs sœurs à l 'Ecole Professionnelle.


Le manque de précisions concernant l'Institut tient au fait que les archives de la Congrégation des Sœurs de Marie, entreposées dans les locaux sont détruites lors de l'incendie occasionné par le bombardement du 15 mai 1940.


C'est en 1959 que fusionnent les Sœurs de Marie (dont la maison-mère se trouve à Braine-l'Alleud) et les Filles de Marie de Pesche. (Décret signé à Rome le 25 mars 1959). Il s'agit en fait d'une union qui fait disparaître la Congrégation des Sœurs de Marie de Braine-l'Alleud qui ne comptait plus à l'époque qu'une cinquantaine de religieuses.


C'est alors que Sœur Henriette (née Alice Mottet) va créer le 1er août 1959 l'Enseignement Moyen à l 'Institut de l'Immaculée.


En 1960, Sœur Agnès (née Josépha Herbertz) devient directrice des écoles primaires et gardiennes de La Sainte Famille, de l'Estrée, de Sainte Thérèse, de Sainte Bernadette et de l'Immaculée.


En 1964, le bâtiment des classes maternelles se construit et répond ainsi à l'augmentation de la population pré-scolaire de l'Institut.


En 1966, Sœur Jeanne (née Marie-Thérèse Mottet) reprend la direction de ces écoles jusqu'en 1967. Une nouvelle réorganisation aura lieu ensuite.


En 1976, Mademoiselle Denise Debière devient la première directrice laïque de l'établissement jusqu'en Mars 2000.


En 1981, l'Institut de la Vallée Bailly devient Mixte.


La population scolaire de l'école primaire ne cessant de croître et les anciens bâtiments étant destinés, en grande partie à l'enseignement secondaire, il faut envisager une autre solution. C'est ainsi que la construction d'un nouveau bâtiment, situé à côté de celui des Maternelles voit le jour. Celui-ci, dénommé "Le Pavillon" accueille les classes du second degré de l'Ecole Fondamentale ainsi qu'une classe de Maternelles.



                                                                                                                                                                                    Travail réalisé par Mme Suzanne Taminiaux

Copyright © All Rights Reserved